Pop Fixion

Retour sur le phénomène Yuri On Ice

En l'espace de quelques semaines de diffusion, cette série d'animation japonaise est devenue culte sur les réseaux sociaux. Effet de mode, délires de fans ou vraie perle ?

Chaque saison de l'année, la télévision japonaise nous propose ses grilles de programmes composées de nouveaux animés. Entre les adaptations de manga, les blockbusters en puissance et les gros navets, on attend tous l'animé qui va se distinguer et bouleverser notre vision de l'animation japonaise.

Yuri On Ice est une création originale du studio d'animation MAPPA, créé par un ancien du studio Madhouse, Masao Maruyama qui s'est distingué ces dernières années pour des animés originaux aux thèmes très divers : la musique jazz avec Kids on the slope, le terrorisme avec Terror in resonance ou l'Heroïc Fantasy peuplé de démons avec Rage of Bahamut. Le studio signe ici sa première œuvre sportive avec Yuri On Ice. Pour un résultat bluffant.

Le patinage artistique à l'épreuve de la Japanim

Yuri on Ice raconte les péripéties de Yuri Katsuki, patineur japonais arrivé dernier au Grand Prix, une compétition mondiale de patinage artistique. Il enchaîne les défaites, en proie à des doutes sur ses capacités. Revenu déprimé dans sa ville natale au Japon, après cinq années à parcourir le monde en compétition, il y retrouve sa famille mais aussi ses amis. Alors qu'il reproduit devant les yeux de son ancienne amie une chorégraphie du grand patineur Victor Nikiforov, il est filmé à son insu et la vidéo devient virale sur le web. Intrigué, Victor décide de quitter la Russie pour le Japon dans l'optique d'entraîner Yuri.

Avec seulement 5 épisodes diffusés sur les 12 de prévus, Yuri on Ice est devenu un véritable phénomène sur les réseaux sociaux. Doté d'une animation exceptionnelle, d'un humour décapant, de personnages stéréotypés mais attachants, la série fait mouche. Elle se permet même des sous-entendus douteux qui provoque des crises d'hystérie des fans de yaoi – œuvres japonaises présentant des relations sentimentales et/ou sexuelles entre hommes. Saupoudrée d'une compétition internationale et d'une composition musicale magnifique, la série a vite trouvé son public.

Alors vu de loin, Yuri on ice n'est qu'un appât pour les filles hystériques fans de bishônen (beaux garçons) sous fond de rivalité sportive. De loin car en réalité la série propose une vraie immersion dans le milieu du patinage artistique. Les scènes de patinage sont un régal pour les yeux, grâce au travail de l'animation. On est complètement subjugué par les moments de danse sur glace, portés par des thèmes musicaux percutants. L'émotion passe à travers les gestes et l'histoire que les protagonistes nous racontent. Le parcours de Yuri sur ses prestations est d'ailleurs au cœur du scénario. Victor lui propose de jouer l'Eros, un personnage complètement opposé à la personnalité du jeune homme, avant de lui faire raconter sa vie avec une composition originale appelée… Yuri on Ice. Comme un symbole pour proposer le parcours d'une vie.

Comprendre le phénomène : dans l'antre d'une fangirl

Revenons à l'été 2013. Un animé déboule sur les chaînes de télévisions japonaises racontant les aventures d'un groupe de lycéens fondus de natation – et particulièrement le héros Haru -. Free ! devient très vite un phénomène pour ses personnages de bishônen, ses situations pleines de sous-entendus à faire pâlir Christine Boutin et finalement un rendu plus tranche de vie que réellement sportif. Et surtout il est bourré de fan-service. La série trouve en effet rapidement ses limites dans ce genre réellement complexe : d'un côté, il faut faire hurler les jeunes filles mais aussi proposer une histoire. Le sport est finalement une thématique qui permet d'exploiter différents genres comme la comédie, la romance ou simplement l'aventure

Combiné au succès des adaptations en animé de jeux de drague à destination des filles, les producteurs se sont vite rendus compte de l'importance du public féminin pour le succès de leurs séries, notamment sportives. Kuroko no basket et plus récemment Haikyuu ! voient leur popularité gonfler. Il suffit simplement de faire un tour en convention pour découvrir des centaines de peluches, oreillers, posters, serviettes de bain à l'effigie de la série Free ! et d'y croiser des nanas portant les t-shirt représentant les clubs sportifs des héros.

Et Yuri on Ice dans cette histoire ? Eh bien, il suffit de faire un tour sur Twitter ou Tumblr pour découvrir un phénomène qui risque presque de dégoûter ceux qui gerbent à la vision de bishônen. Ce n'est pas moi qui vous dirais le contraire, puisque j'ai cru à un Free ! bis en voyant les images défiler un peu partout sur le web. Et quelque part cette image colle pas mal à la peau de la série alors que celle-ci vend bien plus que son fan-service humoristique. L'opening de la série dépasse désormais les 3 millions de vues en moins d'un mois sur YouTube. Autant vous dire que la hype est énorme et l'animé plein de promesses.

Derrière le fan-service, l'art de raconter une histoire

Soyons honnêtes, le fait que le studio MAPPA soit à la réalisation joue énormément en faveur de Yuri on Ice. La renommée du studio et sa capacité à créer des séries originales par leurs thèmes en fait une œuvre beaucoup plus subtile qu'une simple opération marketing d'une multinationale. Là où Free ! est une production de Kyoto Animation, surtout connu pour ses séries Harem, Yuri on Ice y reprend les codes mais en proposant une série cohérente avec ce qu'elle raconte, d'autant plus que c'est une création entièrement originale.

La première chose qui interpelle c'est le contexte de la série : là où beaucoup d’animés sur le thème du sport proposent de suivre des adolescents et leurs clubs lycéens dans des compétitions régionales et nationales, l'histoire de Yuri on Ice nous envoie aux quatre coins du monde suivre le parcours de Yuri et de Victor. Autant dire que l'enjeu international autour de ce sport et le fait que notre héros va affronter des patineurs du monde entier change énormément le rapport à la compétition. Et puis surtout, ce sont des adultes. Exit les ados braillards aux backgrounds répétitifs et quelque part un peu too much. Ici, les thématiques touchent directement les jeunes adultes : malgré le fait qu'ils ne soient plus des enfants, la série nous montre la détermination de Yuri à remporter le Grand Prix et de s'imposer face à la jeune et talentueuse génération de patineurs.

Et le fan-service me dit-on ? Eh bien pour le coup il est incroyablement positif puisque sans l'humour décapant à base de subtexts et de quiproquos, la série serait, n'ayons pas peur de le dire, mortellement chiante. Le patinage artistique c'est beau mais pas spécialement facile à raconter. On est loin d'une dynamique de groupe qui évolue mais plutôt d'individus aux ambitions égocentriques. La question est de savoir si la série ira au bout de ce qu'elle essaie de raconter autour de la relation ambiguë entre Victor et Yuri. C'est ce qui lui permet d'avoir plusieurs lectures et de se faire une place auprès des séries de fangirls sans que ce soit non plus une tare.

Sans révolutionner son genre, Yuri on Ice est une excellente surprise, disponible en simulcast sur Crunchyroll. Une bonne occasion de remettre ses patins cet hiver !

2 commentaires

  1. Bouya
    Le 25 novembre 2016 à 23:20

    C'est en grande partie ton article qui m'a poussé à me lancer dans ce magnifique anime et je t'en remercie :)

  2. Elesia
    Le 26 novembre 2016 à 08:07

    Merci Bouya :D Et je le redis encore, la série continue encore de monter en puissance avec des compositions musicales magistrales qui font voyager et des chorégraphies grandioses qui racontent chacune une histoire, un personnage, une émotion. L'anime montre vraiment de belles choses. C'est une série qui fait du bien avec un voyage aux quatre coins du monde pour y rencontrer différentes cultures et personnalités. Mais surtout, à chaque prestation, j'oublie totalement que c'est juste un anime. japoniais.

Sur le même thême

Pop Fixion

A propos de Pop Fixion

Pop Fixion est un magazine proposant des articles sur la Pop Culture et ses médias : comics, mangas, BD, jeux vidéo, films, animation, séries tv et romans.

Informations complémentaires

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent conformément à l'article 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978. Vous pouvez à tout moment demander que vos contributions à ce site soient supprimées.