Pop Fixion

Un Thème des Œuvres #67 : Obsessions de méchants

Quand certains méchants veulent parfois obtenir quelque chose à tout prix, ça vire à l’obsession !

Écrit par Mayla, Cam et Sora.

Le collectif vous propose chaque semaine un nouveau numéro de la rubrique Un Thème des Oeuvres. Le concept est simple : vous faire (re)découvrir des œuvres que nous apprécions sous l'angle d'un thème précis. N'y voyez pas là une sélection parfaite ou la liste des indispensables. Ce sont plus des coups de cœurs qui méritent votre attention et vos remarques, en essayant d'équilibrer la liste avec des situations variées. Nous souhaitons vous présenter des œuvres différentes, venant de nombreux médias et visant un large public. Bonne lecture ou visionnage et surtout, n'oubliez pas : l'important, c'est de prendre du plaisir !

Le Silence des Agneaux (Film et Roman)

Dans ce film très psychologique et juste culte, nous suivons Clarisse Starling (Jodie Foster ; Panic Room, Contact), un jeune agent du FBI qui doit retrouver un tueur en série surnommé Buffalo Bill. Pour ce faire, elle va devoir s’entretenir avec un autre tueur en série : Hannibal Lecter (Anthony Hopkins ; Thor, Elephant Man), un psychanalyste complètement taré mais extrêmement intelligent qui a pour marotte le cannibalisme et qui a vraisemblablement suivi le tueur lors d’une thérapie. Mais en échange d’indices, Clarisse va devoir donner de sa personne et répondre aux questions de Lecter. Nous avons là deux cas de fétichisme différents : le premier est le tueur en série qui subtilise sur différentes parties du corps de ses victimes des morceaux de peau de formes diverses. Pourquoi ? Je ne vous le dirai pas, ça gâcherait le plaisir, mais je peux vous dire que c’est bien glauque. Le deuxième est bien entendu Lecter, qui, lui, accumule les souvenirs et névroses de ses patients afin de rentrer dans leur tête et de pouvoir les manipuler à sa guise, comme des pantins au bout d’un fil. Le film et le roman sont deux oeuvres rondement bien menées qui nous font frissonner et trembler tout au long de l’intrigue. Du culte, du culte, du culte mes amis ! Si vous ne l’avez pas vu, réparez vite cette lacune. Sinon je viendrai déguster votre foie avec des fèves et un verre de chianti… (la citation n’est pas de moi, mais de Lecter, je ne suis pas psychopathe à ce point)

Iznogoud (Bande-Dessinée)

Iznogoud, un personnage créé en 1962 par René Goscinny (créateur de Astérix, Lucky Luke) et Jean Tabary au dessin, est célèbre pour sa phrase culte “Je veux être calife à la place du calife”. Iznogoud est en faite le vizir du calife de Bagdad, bien aimé de tous : Haroun El Poussah. Ce dernier est la gentillesse incarnée, faisant tout pour rendre son peuple heureux, ce qui est tout l’opposé de son vizir qui ne fait preuve que de cruauté et d'égoïsme. Il est d’ailleurs à noter qu’au moment de sa publication dans le magazine Record, Iznogoud est le premier personnage principal d’une bande-dessinée à être en réalité le vilain de l’histoire. En effet, pour prendre la place du calife, il passe son temps à chercher objets, sortilèges, coup bas à réaliser et toutes autres manigances pour obtenir ce qu’il veut. Bien sur, à chaque album c’est un échec, mais c’est toujours plein d’humour et une moralité vient s’ajouter. Cet humour (calembours, gags visuels) et sa phrase culte ont permis à la BD de connaître de nombreuses adaptations, comme une série animée en 1995 ou encore un film, sorti en 2005 avec Michael Youn dans la peau du vizir Iznogoud. Un personnage vraiment très intéressant, obsédé par une seule place, celle de calife.

Team Rocket dans Pokémon (Série animée)

Qui ne connaît pas la Team Rocket ? Au départ, il s’agit d’une organisation criminelle qui apparaît dans le dessin animé Pokémon avec, à sa tête, un homme puissant et riche : Giovanni. Ce dernier n’a qu’un seul but, devenir le plus grand maître Pokémon en collectionnant surtout les plus rares. Il va ainsi créer de nombreuses équipes en leur promettant de grosses récompenses pour chaque pokémon rare capturé (ou obtenu de façon plus ou moins légale). Bien qu’ils soient tous vêtus du même uniforme, une équipe va cependant sortir du lot : un trio constitué de Jessie, James et Miaouss (“oui la guerre !”). Leur objectif est de devenir la plus grande équipe de Giovanni, et pour cela, il leur faut capturer le seul et unique Pikachu qui appartient au héro Sacha. La Team Rocket est omniprésente à l’écran et, malgré le fait que ses membres soient les “grands méchants” de l’histoire, le public les adore. Ils sont tout simplement drôles avec des apparitions surprises, des tirades grandiloquentes et des tentatives toujours plus folles pour attraper Pikachu (déguisements, camouflages, magouilles et autres plans). Si les deux humains, Jessie et James, ont des personnalités très opposées, ils se complètent parfaitement, mais restent de très mauvais chasseurs. Miaouss leur fut donc donné par Giovanni pour les aider, car c’est le seul pokémon qui a la faculté de traduire ce que disent ses congénères et de parler aux humains. Malgré son arrivée dans l’équipe, rien ne changera : notre chère Team Rocket restera toujours aussi mauvaise, tombant parfois dans leurs propres pièges ou se faisant battre par Sacha et ses alliés. Et cela avec toujours beaucoup d’humour. Tellement d’humour même qu’on arrive à avoir de l’empathie pour cette équipe qui perd encore et toujours.

Sauron dans Le Seigneur des Anneaux et Le Silmarilion (Romans et films)

Sauron n’est ni plus ni moins considéré comme le Seigneur des Ténèbres. Serviteur de l’Ainur Morgoth, sorte de Mal personnifié et autrefois un dieu. Tout comme Gandalf, Saroumane ou encore Radagast, Sauron était un Maiar, une autre sorte de divinité, mais il fut corrompu par Morgoth. Immortel, il pouvait changer sa forme selon ses désirs et ses paroles ensorcelaient les esprits. Suite à de nombreux rebondissements à lire dans Le Silmarilion, Sauron s’installe en terre du Mordor, fait ériger sa forteresse et demeure ainsi retiré. Mais il est avide de pouvoir et va donc pousser les Elfes à forger les Anneaux de Pouvoirs. Il assistera au processus, sauf pour les trois Anneaux des Elfes, jugés extrêmement puissants. Lui-même créera son propre artefact, l’Anneau Unique, capable de commander tous les autres (excepté les Anneaux des Elfes qu’ils gardent cachés et utilisent rarement). Sauron déclenchera une guerre pour tous les récupérer. Il en confiera neuf aux Nains et sept aux Hommes qui deviendront ses Nazgûls. Lors d’un autre conflit, Ilùvatar lui-même, le Dieu suprême de la Terre du Milieu doit intervenir. Il provoque un cataclysme qui annihile le corps de Sauron. Survient alors une autre guerre, où le Seigneur des Ténèbres doit affronter les Elfes et les Hommes unis sous la même bannière. Et c’est là qu’Isildur lui tranchera le doigt, celui qui portait l’Anneau Unique. Sauron perd ses pouvoirs et perd la guerre. Il fuit mais nourrira à jamais l’obsession de retrouver son objet magique. Sauron intriguera dans l’ombre, il manipulera les cœurs de bien des Hommes, provoquera de nouveaux conflits et forcera quatre Hobbits à quitter leur verte contrée pour transporter l’Anneau Unique, caché dans la Comté tout ce temps, jusqu’au volcan où il fut forgé pour le détruire.

N'hésitez pas à laisser en commentaires vos propres choix. Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau sujet et d'autres œuvres !

Aucun commentaire

Sur le même thême

Pop Fixion

A propos de Pop Fixion

Pop Fixion est un magazine proposant des articles sur la Pop Culture et ses médias : comics, mangas, BD, jeux vidéo, films, animation, séries tv et romans.

Informations complémentaires

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent conformément à l'article 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978. Vous pouvez à tout moment demander que vos contributions à ce site soient supprimées.