Pop Fixion

Berserk tome 39: Le calme avant la tempête

Ce mois-ci le nouveau tome du cultissime manga Berserk sortait chez Glénat. Un tome attendu par les fans et le milieu du manga qui a une saveur particulière.

Après un long périple, Guts et ses compagnons atteignent enfin le royaume magique d’Elfhelm. Dans l’espoir de faire retrouver sa mémoire à Casca, traumatisée par les évènements de l’éclipse survenus presque 30 tomes plus tôt. Si nos héros ont encore du chemin à faire pour atteindre leurs but, ils ont néanmoins franchis un cap. Cap qui sera aussi franchi par le lecteur qui pourra découvrir dans ce tome des éléments de l’univers de Berserk rarement vus jusqu’ici.

L’oeil du cyclone

Avant l’éclipse le monde de Berserk était déjà tourmenté par la guerre, l’avarice, la maladie, la luxure et la bigotterie des hommes.. Depuis le jour des l’éclipse et l'affaiblissement de la barrière entre les mondes, l’arrivée de démons et autres monstres dans l’univers plongèrent un peu plus les personnages de l’univers et les lecteurs dans un cauchemar de Dark Fantasy. Si le retour de Griffith en tant que Faucon de Lumière semble avoir remis de l’ordre à tout ça,un ordre relatif et contestable, construit sur bien du sang et des machinations comme le faisait remarquer l’auteur à travers de Rickert dans les tomes précédents, il est clair en tout cas que c’est le calme avant la tempête. Une tempête nommé “Guts”, notre héro qui a une vengeance à accomplir depuis plus d’une vingtaine de tomes.

Et si le monde peut se permettre de respirer un peu, il est clair que le mangaka Kentaro Miura arrive bientôt à son arc final. Il est donc temps pour nos héros aussi de connaître un peu de répit et de profiter de l’oeil du cyclone. Elf Helm, si l’accueil aura été un peu rude, le royaume des elfes nous montrent un monde enchanté et enchanteur peuplé de créatures bienveillantes et joueuses et de sages sorcières. Qui sera ponctué par une rencontre avec le roi des elfes et les retrouvailles de Puck avec sa terre d’origine et ses congénères le tout saupoudré d’humour et d’un côté chaleureux rarement aperçu dans l’univers de Berserk. Ce qui peut désarçonner un peu le lecteur habituel qui n’est pas du tout habituer à ce que tout se passe assez bien. Tout n’est pas parfait, mais l’univers de Berserk n’aura que très rarement vu ce type d’ambiance, ce qui ajoute vraiment toute une nouvelle dimension à la mythologie de la série. Cependant, le royaume des elfes semble bien fragile en comparaison de la horde de Griffith et le lecteur pourra supposer que s’ils venaient à se joindre aux forces de Guts ce petit paradis et ses habitants pourraient vite partir en fumée.

Des tableaux en noirs et blancs

Le coup de crayon de Miura est plus sublime que jamais. Passé au numérique, il gagne en temps et en précision, ses planches sont plus détaillés que jamais. On perd un peu en volume et en texture, mais force est de constater que les planches que nous pouvons lire dans ce tome sont sublimes.

Jamais Miura ne cesse de progresser et si son travail valait déjà le coup d’oeil c’est plus que jamais le cas ici. La clarté de son trait manié à la luminosité qu’il insuffle créent réellement un côté féérique et majestueux à l’ensemble aux antipodes de l'esthétique poisseuse et cauchemardesques habituels, tout en sachant préserver un style gothique.

Ce magnifique style saura créer de rares et beaux moments, notamment un banquet où pour une fois tout nos héros peuvent souffler et s’amuser, ce qui n’était pour ainsi presque jamais arrivé. Un moment rare où l’on parle du chemin parcouru et du lien que la troupe de Guts aura forgé dans leurs mésaventures. Des moments d’une touchante humanité, qui fait franchir un cap à plusieurs personnages et relations, servis par un trait très expressif et un découpage parfait.

Survivante du sacrifice

Mais l’auteur n’oublie pas la raison de la présence de Guts à Elfhelm et amorce enfin le retour tant attendu de Casca. En effet, certains personnages entameront un voyage dans l’esprit de la jeune femme afin de rassembler littéralement les fragments de sa mémoire. Le tout dans une ambiance très contrasté avec le reste du tome. L’esprit de Casca est par bien des aspects l’un des coins les plus cauchemardesques jamais vu dans le manga. Cependant, un côté poétique s’en dégage presque et voir certains souvenirs de Casca permet aux lecteurs de redécouvrir le personnage, sa psyché et de revisiter certains évènements de son point de vue à elle.

Maintenant que l’étape finale est amorcée, la question reste de savoir dans quel état sera Casca après qu’elle ait recouvré la mémoire. Le traumatisme de ce qu’elle a vécue peut potentiellement l’avoir énormément changé. Et que ce soit le cas ou pas, on pourrait aussi se demander si cette dernière partagera la quête de vengeance de Guts. Et un schisme serait alors possible. Casca pourrait même partir de son côté comme l’avait fait Guts en son temps. Ce tome sert donc de rampe de lancement pour la suite et l’attente pour le prochain tome sera sûrement plus difficile que jamais.

Le dernier tome de Berserk est un chef d’oeuvre et un des meilleurs tomes de cette série déjà classique. Ceux qui lisent la série doivent absolument se le procurer et pour les autres, il n’est plus question d’ignorer Berserk. Une oeuvre à part et à partager. A lire, lire et relire.

Aucun commentaire

Sur le même thême

Pop Fixion

A propos de Pop Fixion

Pop Fixion est un magazine proposant des articles sur la Pop Culture et ses médias : comics, mangas, BD, jeux vidéo, films, animation, séries tv et romans.

Informations complémentaires

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent conformément à l'article 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978. Vous pouvez à tout moment demander que vos contributions à ce site soient supprimées.