Pop Fixion

DeathNote ou le choix du gore.

Célèbre manga pour son propos et son histoire concentrée. DeathNote a su devenir culte en parlant de la mort et des capacités quasi divines d’un simple humain.

Une adaptation cinématographique pour Netflix et américanisée pouvait donc être crainte par un certain nombre de lecteurs. En effet, le sujet de l’histoire est assez complexe à décrire sur un écran, mais de plus il y a aussi tout un visuel autour des dieux de la mort qui est assez compliqué à représenter. Il y avait aussi les attitudes des personnages principaux du manga qu'il fallait arriver à retranscrire à l'écran. Le charisme et les attitudes très extrêmes de certains sont forcément des défis pour des acteurs de chair et d'os.

Un des premiers problèmes du film est donc son casting qui met en avant de jeunes acteurs mais qui n’ont pas la carrure de leur personnage dessiné. Light passe ainsi d’un personnage qui paraissait très fin tacticien et avec une certaine beauté à un adolescent bien plus lambda sur l’écran. L, quant à lui, subit un changement bien plus important. En effet, dans le manga, il semble avoir un certain problème comportemental. On pourrait penser à une forme d’autisme, un syndrome d'Asperger qui se caractérise par un renfermement sur lui-même assez important. Un mental très différent qui se projette sur son attitude corporelle, ce qui n'est pas la cas dans le film.

Il faut dire que deux stéréotypes s’affrontent pour nous, lecteurs ou visionneurs. Là où Light  est un personnage qui pouvait aussi bien être Américain que Japonais ou de toute autre nationalité, L était un stéréotype japonisant avec une coupe de cheveux extrêmement spécifique, un regard immense et particulier... Bref, un certain stéréotype asiatique. Or, le film a choisi de privilégier un acteur noir par souci de diversité mais en essayant de lui apposer les codes de la tenue de L. Mais ce choix  fonctionne beaucoup moins bien, puisqu’il joue beaucoup plus difficilement avec nos stéréotypes.  À l'écran, L a un côté  plus streetwear et l’acteur n’arrive pas à lui instiller visuellement cet isolement psychologique que possède le personnage. Et ce n'est pas en rajoutant quelques bonbons par-ci par-là comme nourriture principale qu'on trouve le personnage plus réussi.

En soi, le changement de couleur de peau du personnage ne pose pas un réel problème quant à sa caractérisation, puisque c’est un orphelin. Mais le fait est que notre jugement et notre appréciation par rapport à son apparence et ses comportements plus sobres sont différents, et c’est à mon sens une erreur de casting.

Le deuxième véritable problème du film est son attrait pour le corps et le sang. Au final, la manière dont meurent les gens n’est pas très importante dans l'œuvre originale, ce qui est intéressant est plutôt l’utilisation du carnet et la tactique de l’acte. Sauf que les meurtres, pour pouvoir démontrer l’utilisation de ce carnet, en profitent pour tendre vers une dérive du spectaculaire et de l’horreur. On se retrouve ainsi avec beaucoup de scènes qui font penser plus à la saga Destination Finale que l'ambiance polar ou psychologique du manga d’origine. Les scènes sont ainsi décortiquées juste avant chaque assassinat comme si toute la malchance du monde s'abattait sur la victime. Le film n'est donc pas à montrer à tout le monde alors que le manga peut s’adresser à un public plus jeune et plus large dans un but de réflexion sur les choix de vie et sur la mort qui pouvait être intéressant.

Pourtant le film a des qualités et il est bien dommage que ces défauts, qui ont été de réels choix de production, entachent la qualité globale du film. Ryuk, le dieu de la mort, qui était un défi technique en quelque sorte, est très bien représenté et a un design à la fois effrayant et intrigant. Il n’est pas présent à l’écran pendant de nombreuses séquences mais il fait néanmoins son effet lorsqu’on le voit. De plus, le déroulement du film et de l'enquête de L n’ont rien de problématique et sont  plutôt efficaces. Toute la trame scénaristique du manga n'est évidemment pas développée, vu que le film dure environ 1h40, mais on commence à bien évoquer le duel entre Light et L. Ce long-métrage devra proposer nécessairement une suite pour développer l’intrigue dans ce sens, sinon une certaine frustration pourrait exister par rapport à ce qui a été développé. De plus, si un futur projet voit le jour, il pourrait permettre de s’affranchir de ce choix sanguinolant pour développer le côté psychologique et sociétal des pouvoirs de Light avec le carnet.

On peut donc au final trouver le film assez intéressant, puisque visuellement il tient plutôt bien la route et que son déroulement est cohérent. Néanmoins, il n’est pas sûr que les spectateurs qui ne connaissent pas le manga comprennent bien le message qui est vraiment porté dans ses pages. Un lecteur non aguerri pourrait voir un énième film un petit peu gore qui joue avec des adolescents et la mort. Ce qui est bien dommage quand on sait tout le propos et toute la réflexion que l’on peut avoir en lisant le manga DeathNote.

2 commentaires

  1. Leodagan
    Le 12 janvier 2018 à 00:03

    Pas pour habitude de critiquer, souvent vos articles sont de très bonne qualité, mais celui-ci m'est sorti par les yeux, désolé. Hormis, bien sûr, pas mal de fautes d'orthographe, l'argumentation en elle-même n'est pas bonne. On ne parle jamais vraiment du film, ou seulement en surface. Qu'importe le look des personnages où les mises à morts (grossièrement réalisées en passant) c'est terriblement secondaire et pourtant cela représente presque 50% de ce papier. La partie traitant un peu plus du scénario aurait pu être intéressante, (on aurait pu évoquer le changement radical de comportement de Light par rapport au manga, par exemple) malheureusement elle n'occupe quasiment qu'une phrase et se conclut en nous affirmant que la suite nous livrera et bien... une suite à l'intrigue du premier opus... Et par ailleurs, la dernière phrase suit la logique de l'article "Un lecteur non aguerri pourrait voir un énième film un petit peu gore qui joue avec des adolescents et la mort. Ce qui est bien dommage quand on sait tout le propos et toute la réflexion que l’on peut avoir en lisant le manga DeathNote." Rien n'est développé sur le film. On excuse sa médiocrité en évoquant les qualités du manga. Désolé, mais ça ne suffit pas à me convaincre que ce n'était pas une adaptation effroyable. Loin de moi l'idée de vous faire la morale ! Généralement j'aime beaucoup vos articles, donc j'ai été très étonné de lire celui-ci, voilà tout. :)

  2. DaftVenom
    Le 12 janvier 2018 à 01:06

    Bonjour Leodagan. Heureux de voir que vous nous suivez régulièrement. ;) Pour vous répondre en tant qu'auteur de l'article, il peut effectivement y avoir des fautes d'orthographe. Nous essayons de réduire cela le plus possible, mais parfois les relectures ne sont pas toujours possibles. On va repasser dessus pour essayer d'améliorer cela sur cette critique. Pour ce qui est de mon argumentation j'ai voulu traiter la notion d'adaptation, car en tant que film il n'est pas si mauvais à mon sens mais il y a de vraies problèmes sur l'adaptation à mon sens. Donc la partie graphique me paraissait intéressante à développer car avec de réelles différences par rapport au manga. De plus l'angle n'était peut être pas le plus évident et courant à mon sens. L'histoire en tant que telle est à mon sens plus convenue mais globalement fonctionne dans son genre, ce qui fait que le film en tant que tel n'est pas mauvais pour moi. Et pour le coup ce film pour moi est introductif, il nécessite de voir les pistes qu'il lance d'être développées dans une suite oui. Le laisser seul opus serait un défaut car laissant une sensation de frustration sans forcément avoir pu développer une originalité propre. Même syndrome que Star Wars 7 pour moi, je l'ai apprécié en tant que film introductif d'une saga. Bien qu'il se rapproche du 4 il me donne suffisamment de pistes pour l'aimer. Si ce film était prévu comme unique il aurait perdu sa qualité de "mise en place d'un univers". Et on est très content de lire votre "morale", il est toujours intéressant de lire des avis. C'est une critique c'est forcément subjectif et l'échange est toujours intéressant. ;)

Sur le même thême

Pop Fixion

A propos de Pop Fixion

Pop Fixion est un magazine proposant des articles sur la Pop Culture et ses médias : comics, mangas, BD, jeux vidéo, films, animation, séries tv et romans.

Informations complémentaires

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent conformément à l'article 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978. Vous pouvez à tout moment demander que vos contributions à ce site soient supprimées.