Pop Fixion

Doit-on différencier l'auteur de son œuvre ?

Il fallait bien que ça arrive. Certains auteurs sont parfois responsables de crimes et ces affaires font les choux gras de la presse. Doit-on cependant séparer l'oeuvre de son créateur ?

Quand il y a quelques semaines, les sites d'actualité japonais ont révélé que l'auteur du manga culte Kenshin le vagabond allait être condamné pour détention de cassettes vidéo pédopornographiques, les fans du monde entier ont été plongés dans la consternation. Comment est-ce possible ? Pourquoi ?

Le choc était d'autant plus grand que Kenshin le vagabond ne contient aucune scène pouvant dévoiler la personnalité dérangeante de son auteur. Si certains se sont empressés de dire qu'ils brûleraient leurs tomes, difficile pourtant de punir une œuvre aussi reconnue pour ses thématiques originales et ses combats dantesques. Se pose alors la question, doit-on différencier l'oeuvre de son auteur ?

Dans un cadre similaire, lorsque l'auteur français Jérôme Noirez fut aussi condamné pour détention d'images pédopornographiques (décidément...), l'éditeur avait mis en arrêt de commercialisation tous ses écrits. En bibliothèque, une circulaire avait demandé à ce que ses livres soient retirés des rayon, notamment en secteur jeunesse. Il faut dire, si les lecteurs venaient à apprendre que l'auteur qu'ils adorent est en réalité un amateur de pédopornographie, il y avait de quoi faire des cauchemars.

Le problème d'ordre moral se pose assez vite quand ce genre d'affaires arrive. Pour Kenshin le vagabond, la diffusion prochaine de la trilogie de films à la télévision japonaise a été suspendue, ainsi que la prépublication de la suite des aventures de notre sabreur dans le Jump Square. Il y a plusieurs années c'était l'auteur du manga Toriko qui s'était fait épingler pour avoir eu une relation sexuelle avec une mineure. Après plusieurs années tenu loin de la scène médiatique, il était revenu avec Toriko. On peut espérer que pour Kenshin le vagabond cette affaire ne mette pas fin à l'exploitation commerciale du manga et de ses dérivés.

La raison d'un tel événement médiatique, notamment sur l'archipel nippon vient en réponse d'une loi sur la détention de contenus pédopornographiques passée en 2015. Depuis des années, le gouvernement japonais se bat contre l'exploitation de personnages mineurs dans la fiction mais aussi contre la pédopornographie réelle. Véritable problème de société, au point que les Nations Unies ont demandé au Japon de mettre en place des mesures strictes, les scandales éclatent les uns après les autres, au détriment du talent des artistes.

Alors, chers lecteurs, qu'en pensez-vous ? Devons-nous différencier l'auteur et son œuvre ? Ou au contraire, l'un et l'autre sont-ils indissociables ?

 

Aucun commentaire

Sur le même thême

Pop Fixion

A propos de Pop Fixion

Pop Fixion est un magazine proposant des articles sur la Pop Culture et ses médias : comics, mangas, BD, jeux vidéo, films, animation, séries tv et romans.

Informations complémentaires

Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent conformément à l'article 34 de la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978. Vous pouvez à tout moment demander que vos contributions à ce site soient supprimées.